Régionales en Paca : Mariani en tête, possible triangulaire à suspense au second tour

La liste RN devance celle du président sortant de la Région. En troisième position, l’union de la gauche veut se maintenir ce qui fait débat au niveau national.

Deux tiers des électeurs ont boudé les urnes des élections régionales (et départementales) mais les rares votants du jour ont porté en tête la liste RN de Thierry Mariani ce dimanche. Annoncé largement vainqueur en Paca par les sondages durant la campagne électorale, il recueillait, à 23h30, 35,9% contre 32,5% des voix pour le président sortant Renaud Muselier (LR) selon des estimations d’Ipsos. Un écart plus serré qu’attendu.

L’arbitrage entre les deux favoris pourrait venir du Rassemblement écologique et social de Jean-Laurent Félizia arrivé en troisième position avec 15,9% suffrages. Le chef de file vert a annoncé son intention de maintenir au second tour cette liste d’union de la gauche. Une décision qualifiée « d’erreur » par le député européen écologiste Yannick Jadot et fustigée également par la direction nationale du Parti socialiste.

Le scénario en vue pour dimanche prochain se révèlerait ainsi très différent de l’élection régionale de 2015 marquée par une mobilisation du front républicain. Le socialiste Christophe Castaner s’était en effet désisté afin de faire barrage à la frontiste Marion Marchal-Le Pen en pôle position au premier tour. Cela sera-t-il le cas en 2021 ? A gauche, le débat faisait rage dans la soirée.

En attendant, Renaud Muselier a pris la parole assez rapidement dimanche, prônant la poursuite de « la logique de rassemblement ». « Je fais le constat que nous avons déjoué la totalité des sondages qui nous donnaient distancés de plus de 10 points. Je n’y ai jamais cru. J’appelle chacun à prendre ses responsabilités face à l’extrême droite » a-t-il lancé au cours d’une allocution prononcée dans son quartier général à Marseille.

De son côté, Thierry Mariani en a appelé aux abstentionnistes, depuis le Vaucluse : « Vous êtes des centaines de milliers à vouloir que ça change, mais le changement c’est aussi et avant tout votre responsabilité. Si vous n’allez pas voter dimanche, alors vous continuerez avec les mêmes. Est-ce-ce que vous voulez que notre Région soit la seule à offrir une victoire à Emmanuelle Macron ? »

Le second tour -une triangulaire sauf revirement de situation- demeure très ouvert entre Thierry Mariani et Renaud Muselier. Des tractations, ralliements et soutiens éventuels vont se négocier, jusqu’à mardi soir, dans les coulisses des états-majors des candidats. A l’image de Jean-Marc Governatori (Cap Ecologie, crédité de 5,4%) qui n’a pas caché son intention de négocier une fusion de sa liste avec celle de Muselier.

Les prochaines heures s’annoncent pour le moins agitées autour de ce scrutin régional, devenu l’épicentre de luttes politiques nationales.