Le maire de Nice réclame la présence permanente d’une unité de police mobile aux Moulins

Une nouvelle fusillade a éclaté, jeudi après-midi, dans le quartier de l’ouest de Nice. Un homme d’une cinquantaine d’années a été blessé

Le quartier des Moulins a connu une nouvelle fusillade ce jeudi après-midi. Des tirs ont été entendus peu avant 13h30 sur la place des Amaryllis.

Dans des circonstances encore floues, un homme a été blessé aux jambes mais son pronostic vital n’est pas engagé selon le parquet de Nice.

Âgée d’une cinquantaine d’années, la victime, inconnue des services de police, pourrait avoir été touchée par une balle perdue. C’est en tout cas l’une des hypothèses suivie par les enquêteurs avec celle du règlement de compte sur fond de trafic de drogue.

Sur place, des armes automatiques auraient été retrouvées dénonce le syndicat Unité SGP Police 06 qui demande au gouvernement « de reclasser l’intégralité des Alpes-Maritimes en secteur difficile ».

Le maire Christian Estrosi et le préfet des Alpes-Maritimes Bernard Gonzalez se sont rendus dans le quartier en fin de journée. Les deux hommes ont notamment estimé, au cours d’un point presse, que les fusillades et les tensions pourraient être liées « aux nombreuses interpellations de ces derniers temps qui dérangent le trafic de stupéfiants ».

Mais tous les moyens sont-ils mobilisés ? Non, assure le maire : « Je réclame une unité mobile en permanence dans le quartier pour rassurer la population, une unité qui ne lâche rien aux côtés des effectifs de policiers nationaux et municipaux présents au quotidien. On ne va rien lâcher et la guerre on la mènera jusqu’au bout. »

Selon plusieurs sources, les incidents et les violences sont fréquents depuis plusieurs mois dans le quartier des Moulins. En juillet dernier, le Premier ministre entouré des ministres de l’Intérieur et de la Justice, étaient venus sur place après une fusillade en plein jour qui avait été filmée.

La PJ de Nice est en charge des investigations.